PostHeaderIcon Pic du Midi (25/07/2009)

Photos ici
Trace GPS ici

Très bonne idée cette rando proposée par Bebervert (alias Mike) sur la base d'une trace VaRouler vieille de 4 ans.
Les groupes se rejoignent à 8h30 au Tourmalet: Mike, Seb et Tristan avec quelques minutes d'avance, Ughy, Gilles et Nico just on time.
Commence la pénible navette de voiture pour laisser un véhicule à Luz Saint Sauveur (histoire de pas avoir à remonter le Tourmalet en fin de journée). 1h d'attente au sommet qui permette de croiser un taxi: 35€ la remontée depuis Luz...une bonne option pour la prochaine fois !
Et enfin à 10h, départ vers le Pic du Midi par la route du Pic.

Piste roulante jusqu'au Lac d'Oncet, un pourcentage idéal pour réchauffer les organismes. Petite étape en Cordilière des Andes lorsque nous croisons un troupeau de lama. Arrivée au Col de Sencours puis on attaque les lacets jusqu'au Col des Laquets, le pourcentage de pente n'ayant plus rien à voir avec de l'échauffement mais plutôt de la fusion musculaire.
Le panorama se découvre au col, avec une mer de nuage au nord-ouest, Néouvielle, Massif du Mont Perdu, Vignemale... toutes les Pyrénées centrales sous nos yeux ! ! !
Et debut du portage vers le sommet du Pic, une bonne vingtaine de minute sous le vélo pour justifier la réputation de VaRouler.
Il est Midi, l'heure du Pic-Nique du Midi (elle est nulle, Gilles en a fait de bien meilleures). Cherchant un peu d'abri du vent, nous nous installons sur la terrasse (gratuite) qui domine le site. Gros sandwichs et petite sieste, déjà 13h, il est temps de prendre le dessert: 1500m de D- jusqu'à Barège, miam miam !
Ughy montre la voie en descendant les premiers mètres sur le vélo. Mais la raison l'emporte vite et les 2 premiers lacets sont piétons. Ca devient cyclable environ 30m en dessous du Pic, prudence bien sur mais ça roule entre les blocs, que du bonheur. Les lacets s'enchainent et la descente n'est que plus plaisante, avec toujours un décor monumental (mais les yeux sont plus rivés sur le sentier que sur les monts environnants). Gavage de plaisir jusqu'au Col des Laquets. Puis les lacets de piste s'enchainent à vitesse grand V jusqu'au Lac d'Oncet où débute un superbe single, joueur tout comme il faut,pas de piège, re-que du bonheur. Un peu de freeride droit dans la pente pour rejoindre le GR et un paisible troupeau de vache et re-single donc re-gavage ! Un tapis de fougère et de thym amorti les quelques chutes liées à une pratique libérée de notre sport favori (hors chemin bien sur).
On rejoint SuperBarège, quelques mètres de route, retour sur du single au milieu des fougères et fin de la première session de descente.
Montée sur route (150m de D+) pour rejoindre le versant de l'Ayré, ravitaillement en eau à la base de raquette et retour sur une piste/chemin alternant légère montée et faux-plat. Nous contournons l'Ayré jusqu'à un single très peu roulant qui doit se prolonger sur plusieurs km. Un vote rapide est organisé pour la première variante de la journée (unanimité bien sur) qui emprunte le GR10 (bcp plus roulant) en descente (donc agréable). Un peu de jardinage pour rejoindre une piste de desserte des granges de la vallée (et l'Amazone qui ne s'attendait pas à voir débarquer 6 poilus transpirants dans son jardin). Ça descend pour mieux remonter, environ 200m de D+ à reprendre pour revenir sur la trace. Re-piste jusqu'à croiser le GR10. Jardinage à nouveau car nous prenons le mauvais chemin au milieu des framboisiers. Pas de conséquence car l'erreur est corrigée au bout d'une centaine de mètre et nous retrouvons la trace. La 2eme variante du jour est proposée par Ughy sur la base d'un tracé LpiVtt. Plutôt que de descendre direct sur la vallée, nous suivons le GR10. Court portage jusqu'à une crête qui surplombe Luz et descente en single. Raide le single, très raide même par moment, étroit et couverte de végétation. Un cocktail détonnant, ou plutôt grinçant comme 6 paires de freins à disque surchauffer qu'il faudra laisser reposer à mi-descente. La seconde partie du GR est beaucoup mieux entretenue, plus large également (50cm au lieu de 15 !) et procure un plaisir qui justifie les difficultés précédentes. Fin des réjouissances quelques centaines de mètres plus bas avec une sage arrivée sur route dans Luz où bières et tartines nous attendent. Re-pénible navette avec les voitures car il faut aller chercher celles restées au Tourmalet. Et à 19h30, la troupe se sépare pour un retour vers Toulouse illuminé par les images de la journée. Arrivée à 22h, nos compagnes sont ravies,comme d'habitudes, le VRAF (le VaRoulerAcceptanceFactor) en prend un coup...
Bilan: Que du bon, super temps, super parcours, super équipe, à consommer sans modération. Seul le principe des navettes est à revoir (taxi ?)
Nico

Les photos d'Ughy sont ici: http://www.varouler.com/?q=gallery&g2_itemId=12696