2006-08-26 - Palaja
74km / 9h0 / 2180m+ / 2180m-
Fichier CarteSurTable (logiciel)
Trace GPS (.trk)
XML/GPX
Carte IGN (beta)
Voici un petit compte rendu de notre sortie dans les Corbières samedi.

8h15, place Esquirol: 2 VaRouler au départ (Philippe et moi, Victor s'étant désisté en dernière minute suite à une digestion agitée). Cap à l'est direction le soleil.
1h de route plus tard, nous voici à Palaja (5km au sud de Carcassonne) sous un ciel bien gris et un bon vent de nord-ouest qui nous glace les os. Préparation des bikes et des bikers. Philippe a son GPS. Heureusement car il va se révéler bien utile par la suite.

10h: Nous voila parti vers les Corbières, sur les traces de la rando proposée par Dominique l'an dernier .
Dès les 200 premiers mètres, le terrrain se révèle assez gras, voire boueux par endroit. Ca promet si c'est comme ça pendant 70 bornes.
Philippe assure la naviguation grâce à son Garmin au guidon. Mes pauvres cartes imprimées la veille paraissent bien inutile face à la précision de l'engin. Probable que sans le GPS, on aurait pas mal tourné en rond.
Les 2 premières heures ne présentent pas de gros dénivellé mais sont assez éprouvante du fait de la nature du terrain. Alternance de chemin assez large et de bord de champ bien boueux. La terre est bien collante et la roue arrière commence vite à ressembler à une roue de tracteur.

12h: Ladern Sur Lauquet où on fera notre premier ravito en barre de céréales et autres bananes séchés. Et ça repart sous l'oeil curieux des papis du coin en direction de la première difficulté: 350m de D+
La montée est relativement laborieuse, le sol gras n'aidant en rien. Pour une fois, ça avance mieux en roulant sur l'herbe !

13h: arrivée au col (~520m d'altitude) avec une magnifique vue sur la vallée de l'Aude. "T'as l'appareil photo ? " "Non, et toi ?" "OK, on reviendra pour les photos souvenir"

On entame les premiers passages en forêt. Le terrain devient un peu plus sec (heuuu, un peu à peine). Et alternance de montée et descente sur chemin forestier.
Première erreur de nav. On quitte la trace gps de quelques dizaines de mètre pour se retrouver dans un champ fort bien entouré de buisson épineux. Philippe: "La trace est par là". Nico : "Heu, oui, mais y a pas de chemin là, plutôt des ronces". 10 min de traversée du sous-bois plus tard, nous revoila sur le single tant espéré. Relativement technique, perso, j'ai préféré jouer la prudence alors que Philippe lachait les freins, un peu trop d'ailleurs, ce qui lui a valu une belle cascade dans un escalier ( ! ) d'où son short n'est pas ressorti indemne.

14h30: il temps de casser la croute. Pâtes au menu. Ca promet pour la digestion. Le soleil est de la partie. Bon choix en fait les Corbières

15h:Justement, pour bien digérer, rien ne vaut 250m de D+, heureusement sur un chemin forestier bien large. Puis descente en single mais les chutes de neiges de l'hiver dernier ont laisser des traces et le chemin est fréquemment (très fréquemment même) encombré de branches et autre tronc d'arbre, ce qui gache un peu le plaisir de la descente.
Retour dans le fond de la vallée, toujours du single qui surplombe la rivière (asséchée bien sur vu l'époque) . Deuxième erreur de nav de la journée suite à la perte du signal GPS dans le fond de la vallée donc deuxième traversée des buissons (j'adore ! ! !). Après quelques centaines de mètre hors trace, arrivée à une ferme en ruine où un robinet permet un remplissage des camels asséchés depuis pas mal de temps (de mon coté, je ne suis pas malade, j'espère que toi non plus Philippe).

Et c'est repartit pour de la montée en single (qui débute par un portage sur les 200 premiers mètres. Le chemin s'élargit, on remonte sur la selle. Puis descente à travers champs. Grosse frayeur quand Philippe se mange un fil de fer tendu en plein milieu du chemin. C'était la limite d'un enclos mais rien ne laissait deviné un piège pareil. Belle gauffre à la clé et une bonne douleur sur les avant-bras. Mais ça repart. Descente sur Fajac-En-Val et sa ferme aux cochons (rare de voir des cochons en liberté ! doit y avoir de la bonne charcuterie dans le coin). Remontée vers la crête qui domine la vallée de l'Aude et Carcassonne pour attaquer la dernière portion de single vers Palaja. Le chemin est sympa, alternance de courte montée et descente pour suivre la ligne de crête. Mais très encombré par les broussailles où seule la technique warrior permet de passer (en poussant le vélo quand même). La prochaine fois, prévoir les sécateurs !

19h: on croise la route qui redescend sur Palaja. Soit on continue sur la trace par le single précédemment cité (avec son lot de broussaille), soit on descend par la route. N'étant pas vraiment en avance, l'option route est vite décidée et elle nous ramène au point de départ 20min plus tard.

Au final, le GPS indique 68km. Mon compteur 75 (mais avec une vitesse max à 83km/h (! ? ! ?) donc des doutes sur la validité de la mesure)

20h30: retour à Toulouse.

Bilan du parcours: très beau circuit, très sauvage avec de beaux points de vue (la prochaine fois, prendre l'appareil photo...) mais l'état des singles est assez mauvais à cause de tout ce qui est en travers (troncs, branches, broussailles, ronces...que des trucs agréables). Et vu que le coin n'est pas très fréquenté, j'ai peur que ça ne s'améliore pas. Coté trace, celle de la rando de l'an dernier est très bonne (Philippe l'a un peu "nettoyée"). Coté nav, le GPS s'est révélé indispensable. Seulement 2 petites erreurs sur 75 bornes, on en aurait fait un peu (beaucoup ?) plus avec juste la carte. Coté pratique: l'eau du robinet de la ferme abandonnée à "La Merlière" est potable (jusqu'ici...tout va bien).

Nicovtt